Etats-Unis 

L'écosystème du Golfe de la Californie, que l'océanographe Jacques Cousteau a déjà qualifié d'«aquarium du monde», est menacé à cause des disputes américano-mexicaines sur l'utilisation de l'eau. Le World Wildlife Foundation estime que le marsouin de Vaquita, une espèce menacée dont il ne subsiste que 600 individus, pourrait faire les frais de cette nouvelle «guerre du Golfe» si les choses ne changent pas rapidement.

Localisé à 80 kilomètres au sud de la frontière Mexique-U.S.A., le golfe de la Californie est constitué d'une immense terre inondable alimentée par le fleuve Colorado. Or, le cours d'eau passe en territoire mexicain avant de former son delta, et l'utilisation de cette eau pour les besoins domestique a réduit considérablement son débit. Résultat : les basses-terres du golfe manquent d'eau depuis longtemps. Cela nuit aux canards et à d'autres espèces qui voient leur lieu de nidification s'assécher d'année en année.

Dans un accord signé en 1944, le Mexique s'était pourtant engagé à assurer un débit minimal pour les besoins des fermiers du Texas, quitte à pomper un volume manquant dans le Rio Grande vers le Colorado. Depuis 10 ans, toutefois, le Mexique a manqué à ses obligations. Récemment, un représentant du Texas, Solomon Ortiz, a suggéré de retenir l'eau du fleuve qui coule vers le sud comme mesure de représailles. «C'est la dernière carte dans notre jeu», a-t-il dit pour faire comprendre que le Mexique n'a pas respecté ses obligations depuis une décennie. Mexico implore son puissant voisin de ne pas procéder à cette mesure draconienne.
 

La rédaction