Canada 

Un biochimiste américain croit avoir trouvé la " recette " qu'Antonio Stradivari suivait pour fabriquer ses fameux violons. Selon Joseph Nagyvary, de l'Université A&M au Texas, le son inimitable des Stradivarius est une question de... chimie!

En suivant le " mode d'emploi ", Nagyvary a confectionné un faux Stradivarius, imitant ceux que le luthier italien fabriquait au début du 18ième siècle. Une analyse du son par ordinateur a eu peine à différencier le faux du vrai.

Le secret du professeur Nagyvary? Le premier truc consiste à imbiber d'eau le bois d'érable dont sera fait le violon. C'est en analysant des échantillons de billots de bois recueillis au fond du lac Supérieur que le biochimiste a fait cette trouvaille. " Nous avons découvert que le bois des Stradivarius a le même spectre infra-rouge que les billots du lac Supérieur ", explique-t-il.

Pour ne pas que la surface du bois soit trop patinée, Stradivari utilisait un matériau de remplissage aujourd'hui tombé en désuétude: la gomme de fruits. Malgré ses analyses, le chimiste fut incapable de déterminer si le luthier utilisait de la gomme de cerisier, de pêcher, arabique, de myrrhe ou d'aloès vera.

Il sait par contre que la gomme était ancrée dans le bois grâce à une poudre de cristal très fine. Cette poudre, Stradivari l'achetait tout simplement chez l'apothicaire du coin. Extrêmement fine, elle représenterait le summum de la chimie de l'époque. Le mérite du son exceptionnel des Stradivarius reviendrait-il plus à l'apothicaire qu'au luthier?

La mission de Joseph Nagyvary n'est pas encore terminée. Il doit encore identifier la gomme utilisée dans la confection du violon ainsi que la composition exacte de la fameuse poudre.

 

Anne-Marie Simard